Blog de l'entrepreneuriat TIC

Un entrepreneur a plus de loisirs qu’un employé, c’est une question de discipline

Un entrepreneur a plus de loisirs qu’un employé, c’est une question de discipline

Alexander Waterval est entrepreneur depuis  qu’il a pratiquement l’âge de raison. Pour lui, s’initier dans les nouveautés, prendre des projets et les développer  est tout naturel, cela  fait partie de son ADN. Cet entrepreneur, domicilié aux Pays Bas, a déjà fait partie intégrante de six start-up différentes et dirige aujourd’hui ‘Contextmapp’ une entreprise qui a pour objectif de faire la révolution dans les études de marché. Cette conversation avec Waterval révèle d’intéressantes réflexions sur les changements dans le monde de l’entrepreneuriat  TIC et l’idée de devenir un entrepreneur au fil du temps.

 

Comment a évolué l’entrepreneuriat

Les accélérateurs, incubateurs, aides gouvernementales et tout un réseau d’appui à l’entrepreneur n’ont  pas toujours existé. Cela peut sembler étrange, surtout pour les jeunes d’aujourd’hui,  mais, il y a à peine deux décades,  devenir entrepreneur  c’était s’engager dans  une aventure qui n’est  pas faite pour tout le monde. Il a fallu du courage et de ruse et encore moins dans le secteur des TIC. « Quand je me suis lancé dans ma première entreprise j’étais encore étudiant. Actuellement les entrepreneurs  comptent avec de grands appuis, des écoles, par exemple, mais il y a 15 ou 20 ans ce n’était pas le cas. Je me suis confronté à plusieurs problèmes. Mes amis pensaient que devenir entrepreneur était branché mais très risqué, seulement 2 ou 3% des étudiants  voulaient devenir, alors, entrepreneurs. Actuellement ce chiffre est  proche des 30% .

L’exemple offert par Waterval montre combien la mentalité des européens a changé mais aussi, qu’il reste beaucoup à faire encore, car, « les européens éprouvent de grandes réticences  à l’idée d’entreprendre dans les pays comme l’Espagne, par exemple. »

Il reste beaucoup à faire pour que l’entrepreneuriat devienne une option de travail de plus pour les jeunes européens. Et là Alexander Waterval peut nous apporter sa propre expérience, après plusieurs décades complètement submergé dans la création et la direction d’entreprises. La dernière étant ‘Contextmapp’, une start-up hollandaise  offrant un software spécifique pour réaliser des études de marché novatrices et des projets en co-création.

Ce n’est pas un hasard que Waterval a été désigné CEO de cette toute nouvelle start-up ; « Les fondateurs ont compris le potentiel de cette affaire aussi voulaient-ils un entrepreneur d’expérience pour développer  rapidement l’entreprise ».  Cet enthousiaste de l’entrepreneuriat se consacre maintenant à chaque aspect de ‘Contextmapp’.  Vous pouvez extraire toute une série de leçons fondamentales de ce travail quotidien, destinées à tous ceux qui veulent mettre en œuvre leur propre affaire. 

Le décalogue du  bon entrepreneur

La conversation avec Alexander Waterval est remplie de petites réflexions sur le monde des affaires. L’une des plus importantes peut être celle-ci : « L’entrepreneur, doit être opportuniste et s’apercevoir des nouvelles opportunités d’affaires au bon moment. Après il doit s’employer à trouver à la fois ce qu’il veut faire et envisager où il où il veut en venir dans les prochaines années. »

Bien sûr, l’entrepreneur doit être vigilant, avoir des connaissances d’expert dans leur propre secteur - dans le cas des TIC - il est aussi important de savoir être patient. Dans un monde aussi changeant et rapide,  c’est une qualité rare qui peut faire la différence entre le succès et l’échec : «  L’une des caractéristiques de l’entrepreneur à succès c’est d’être sûr de soi et surtout d’avoir la persévérance. De nombreuses abandonnent après 6 mois ». Il est naturellement plus facile de le dire que de le faire mais l’une des clés du succès, c’est peut-être de sentir heureux avec ce que l’on fait, « se sentir satisfait de la start-up », selon Waterval.  .

Naturellement, les erreurs seront au rendez-vous, c’est normal. « Dans mon cas, j’ai employé des gens qui n’étaient pas les plus préparés. Si ce que vous voulez c’est un travail normal, cela peut aller, mais si vous voulez triompher, si vous voulez faire quelque chose de grand,  cherchez des gens meilleurs que vous ». C’est une autre façon d’obtenir une aide quotidienne que Waterval souligne. Plus vous rassemblez de conseils, d’impressions et de feedback au début de votre entreprise, mieux se sera. « Au début j’ai connu des entrepreneurs expérimentés qui m’ont apporté de nombreux conseils. Dans mon antérieure entreprise nous avons participé dans un programme de développement : sessions d’équipes, d’ateliers… »

Développer une idée TIC

 « Si vous produisez des software d’une façon progressive vous pouvez conquérir le monde ». Trop optimiste ? Waterval  nous explique son affirmation : « Si votre software est solide et possède des applications à niveau mondial, vous avez du potentiel. La question étant que, bien souvent  vous croyez  votre idée unique, mais alors vous comprenez que non, qu’il existe quelqu’un d’autre avec la même idée.  Ce n’est pas un problème. La clé c’est de la mettre en marche de manière  différente, d’une bien meilleure manière.»

C’est une des philosophies qu’enseigne ‘Contextmapp’. Le software offert par cette entreprise aide à réaliser des études de marché, jusqu’ici rien de nouveau.  L’idée existait déjà. Mais ils ont voulu bousculer le marché en apportant une approche différente  et ils l’ont exécutée d’une façon différente à leurs prédécesseurs. « Nous avons voulu savoir ce que pensent les gens d’un produit ou service durant leur utilisation ». Le concept semble si intéressant que des organisations comme Phillips, TNT, TU Delft sont déjà en train de travailler avec le software innovant de ‘Contextmapp’. On peut le considérer tout un succès !  

Et pour cela, il ne faut pas renoncer à une vie en dehors du travail. C’est que défend Alexander Waterval : « Quand vous êtes entrepreneur vous avez davantage de loisirs que si vous travaillez pour un tiers. Cela dépend vraiment de votre discipline. En ce qui me concerne, je n’ai jamais eu peur de perdre ma liberté personnelle». 

Commentaires

Publier Je souhaite recevoir des alertes lorsque quelqu´un publie un nouveau commentaire dans cette section.
Pas de commentaires
Ce site utilise ses propres et les cookies tiers pour améliorer l'expérience. Accepter Plus d'informations