Blog de l'entrepreneuriat TIC

La prévoyance et l’assurance des indépendants

La prévoyance et l’assurance des indépendants

En cotisant au Régime Social des Indépendants, les Travailleurs Non Salarié ne bénéficient pas d’une protection sociale suffisante pour être bien couvert.

Artisans, commerçants, professions libérales ou encore entrepreneurs, les Travailleurs Non Salariés (TNS) cotisent au Régime Social des Indépendants (RSI), et qui dit régime spécifique dit protection sociale spécifique.

 

Un salarié du secteur privé cotise au Régime Général et a accès à de nombreux avantages tels que l’assurance chômage ou encore la retraite. Les indépendants quant à eux ne disposent pas d’un tel niveau de protection puisque la protection sociale dont ils bénéficient est plus qu’insuffisante. Pas d’arrêt de travail, pas d’arrêt maladie et une retraite quasi inexistante, ils ne peuvent prétendre à une assurance employeur en cas d’incident étant donné qu’ils sont seuls. 

La situation de l’indépendant

Que se passe-t-il en cas d’accident d’un TNS dans le cadre de son travail ?

Le Travailleur Non Salarié n’est pas couvert par une assurance employeur étant donné qu’il est indépendant et qu’il travaille pour son propre compte. En cas d’incapacité ou d’invalidité, il ne sera pas indemnisé du préjudice financier. De même, si le TNS vient à décéder, ses proches auront à supporter la totalité des charges financières liées. 

Un travailleur indépendant doit donc se constituer lui-même une protection sociale afin de se prémunir contre les arrêts de travail, les situations d’invalidité, mais aussi en cas de coup dur contre le décès. 

De la même manière, les TNS n’ont pas accès aux nouveaux contrats groupes obligatoires pour tous les salariés du secteur privé. Les salariés du privé ont la possibilité de jouir de contrats de complémentaire santé à des prix déjà attractifs et financés à au moins 50% par l’employeur. 

De son côté, le TNS doit s’occuper de la gestion administrative de son propre contrat santé et ne sera pas en mesure de négocier les tarifs comme peut le faire une entreprise.

Enfin, l’indépendant ne peut bénéficier d’indemnité retraite ou d’indemnité chômage étant donné que s’il ne travaille plus, personne ne va pouvoir travailler à sa place. La constitution d’un patrimoine pour la retraite et le chômage est indispensable pour s’assurer de pouvoir continuer à percevoir des revenus.

La loi Madelin au service de la protection sociale

Subissant de plein fouet les inégalités avec les salariés, l’indépendant à néanmoins quelques atouts à faire valoir afin de pouvoir prétendre à une bonne protection sociale. En effet, la loi Madelin vient en aide aux TNS en leur permettant de défiscaliser une partie des dépenses liées à la constitution d’une protection sociale de leurs revenus imposables.

La loi prévoit un plafond des dépenses que peut soustraire un indépendant de sa déclaration de revenu dans le but de se constituer une protection mais également pour son ou sa conjoint(e). Les contrats qui entrent dans les champs d’application de la loi Madelin sont personnalisables pour correspondre au mieux aux besoins de l’indépendant en fonction de son activité professionnelle. 

Complémentaire santé, prévoyance et assurance chômage, il existe une multitude de contrats pouvant engendrer des cotisations défiscalisables pour un TNS.  En réduisant les inégalités, l’état entend bien donner un second souffle à ces professions.

 

Antoine BOULANGER

Responsable Web-Marketing

Bonne-Assurance.com

 

Commentaires

Publier Je souhaite recevoir des alertes lorsque quelqu´un publie un nouveau commentaire dans cette section.
Pas de commentaires
Ce site utilise ses propres et les cookies tiers pour améliorer l'expérience. Accepter Plus d'informations