Blog de l'entrepreneuriat TIC

Dans l’entrepreneuriat une bonne idée ne suffit pas, il faut savoir la vendre

Dans l’entrepreneuriat une bonne idée ne suffit pas, il faut savoir la vendre

Nous avons tous eu des moments dans la vie, où une ampoule s’est allumée pour nous illuminer : « Ça y est je l’ai ! Avec cette idée je fonde ma start-up ! ». Après de moment d’extase, certains continueront leur vie de tous les jours, gardant leur idée dans un recoin de leur cerveau, pendant que d’autres lutteront pour en faire une réalité, ce sont des entrepreneurs. Mais ce qu i n’accompagne pas cette magnifique idée, c’est comment la vendre aux autres. Et c’est là, précisément que réside une des clés que l’entrepreneur slovaque Ondrej Prostrednik partage avec nous : Il est important d’avoir une idée, mais plus important encore, c’est  de savoir la vendre. 

 

Ce jeune homme le sait bien car il  en est à sa quatrième start-up. C’est que, malgré son âge, Prostrednik a déjà acquis de l’expérience dans la poursuite de ses idées et dans leur conversion en  réalité.  Il se peut que des expériences comme ‘LightingBeetle’, ‘Buddy Sport’ ou ‘Cloud Fender’- ses anciennes start-up- n’aient pas eu le succès attendu, mais le chemin parcouru depuis que Prostrednik initia sa première affaire à l’Institut, lui a valu un curriculum d’entrepreneur vraiment enviable. En fait, le jeune slovaque ne sais pas ce que c’est que de travailler comme employé car, pendant toute sa carrière professionnelle, il a été en charge d’équipe de travail et de projets TIC.  

Ondrej Prostrednik es un entrepreneur né, de ces personnes qui jouissent 100% de leur travail, à tel point qu’ils ne peuvent le séparer de leur vie privé. Et c’est ainsi vraiment quelquefois, car, Prostrednik n’a qu’un conseil à donner aux futurs entrepreneurs, c’est de « se concentrer totalement sur la start-up, surtout au début. » Il s’y connait bien, car il convient que, souvent, on a tendance à vouloir mener de front trop de choses à la fois, et ce n’est pas une bonne idée. Naturellement, tout cela s’accompagne d’un coût en efforts et en temps, plaisante ce jeune homme qui prétend travailler 24 heures par jour. En réalité Prostrednik travaille 11 heures par jour, avec tout ce que cela implique en perte de liberté personnelle. C’est pourquoi, au moment d’entreprendre, on doit être posséder par la passion de l’idée et du projet. 

La gestion de l’équipe est essentielle

Dans son cas, le projet s’appelle Cloudo, une application qui donne accès à toutes les données réunies dans le ‘cloud’, de façon rapide et simple. « Cloudo vous permet d’ouvrir rapidement des documents dans Dropbox, d’attribuer des tâches à vos collaborateurs dans Asana ou chercher à travers vos Apps- tout en un lieu et à la portée de vos doigts-. » Ce produit est le résultat d’un an et demi de recherche et de développement, explique Prostrednik qui a compté avec une équipe de cinq professionnels.Il est à ce point essentiel de choisir les personnes adéquates pour votre projet, que l’une des plus grandes peurs que nous confesse cet entrepreneur, c’est celle d’employer les mauvaises  personnes  pour votre start-up

Pero por muy bueno que sea tu producto o servicio y el equipo que lo ha hecho posible, antes o después llega el momento de vendérselo al gran público. Ese es el gran reto al que Prostrednik y su gente se enfrentan actualmente, intentando comunicar de la mejor manera posible el valor añadido de utilizar los servicios Premium de su aplicación. No es sencillo y es una de las principales carencias que han encontrado en su ecosistema startup. “Desarrollamos buenos productos pero a menudo no sabemos cómo venderlos”. 

Mais, même si le produit ou le service et l’équipe qui l’a rendu possible est bon, arrive le moment, avant ou après, de le vendre au grand public. C’est le grand défi que Prostrednik et ses compagnons affrontent aujourd’hui, essayant de communiquer, de la meilleure façon possible, la valeur ajoutée que représente l’usage des services Premium de son application. Et ce n’est pas simple, c’est une des principales lacunes qu’ils ont rencontrée dans leur écosystème de start-up. « Nous développons de bons produits mais souvent nous ne savons pas les vendre. »

Tout arrive avec l’expérience

Même s’il est frustrant d’avoir un grand produit et de ne pas savoir comment lui donner une issue sur le marché, Ondrej Prostrednik nous encourage à nepas abandonner et à essayer la puissance du networking. A appeler aux portes appropriées et à connaître le plus grand nombre de personnes. « Ne pas parler avec nos consommateurs potentiels a été la plus grande erreur que nous ayons commis. » affirme Prostrednik. Tout nous enseigne, chaque erreur, chaque petit échec font partie de l’expérience de tout entrepreneur. 

Comme dernière réflexion, Prostrednik prétend que le plus grand obstacle dans l’entrepreneuriat TIC c’est de ne pas avoir une pensée assez ambitieuse. Ne commettez pas cette erreur ! 

 

Commentaires

Publier Je souhaite recevoir des alertes lorsque quelqu´un publie un nouveau commentaire dans cette section.
Pas de commentaires
Ce site utilise ses propres et les cookies tiers pour améliorer l'expérience. Accepter Plus d'informations